Fin de soirée en enfer

1 Ekim 2020 0 Yazar: admin

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Fin de soirée en enferJe me suis réveillé à cause des rires de ma mère. Je dormais profondément et j’ai mis quelques secondes à reprendre mes esprits. J’ai attrapé mon téléphone et regardé l’heure…1h du matin. Mes parents étaient sortis diner avec le patron de mon père et vu l’heure et les rires bruyants de ma mère, la soirée avait dû être bonne. J’entendis alors une voix d’homme parlant assez fort…ce n’était pas mon père. Super, mes parents avaient apparemment décidé de « boire un dernier verre » a la maison. Comprenant que je n’allais pas pouvoir me rendormir de sitôt, je décidais de descendre boire quelques choses dans la cuisine.En passant dans le couloir, je constatais qu’effectivement, un couple d’inconnus était assis dans le canapé. La femme était visiblement assez forte et trop maquillé…quant au patron de mon père, c’était un vieux type grisonnant avec un air sévère. Les deux avaient l’air de s’ennuyer un peu en écoutant mon père (visiblement saoul) raconter une blague salace.J’ai probablement du faire du bruit dans la cuisine car ma mère a fini par m’y rejoindre.« -Ah te voila…viens dire bonjour à Mr Durand et sa femme.-Mais maman…je suis en robe de nuit…ca me gène-Oooh fais pas ta mijaurée… »Elle m’attrapa par le bras et m’emmena dans le salon ou je fus amené devant le patron de mon père. Aussitôt, le couple sembla sortir de sa léthargie et un sourire apparu sur leurs lèvres. Ma mère pris alors la parole.« Voila…je vous présente Annais ! »J’étais horriblement genée. Je portais une robe de nuit en coton trop courte et je n’avais même pas de culotte. Par réflexe je tirais sur ma robe tout en saluant timidement les invités. Mr Durand se leva.« Mmmh magnifique…vraiment très jolie…qu’en penses-tu chérie ? »Sa femme me toisa de haut en bas avec un drôle de regard« Elle est très mignonne en effet »Mon malaise ne faisait que croitre. Ces gens parlaient de moi comme si je n’étais pas la et comme si j’étais une sorte d’objet appétissant. Je regardais mon père avec un regard interrogateur tandis que son patron me tourna autour en continuant de me regarder avec avidité.« Bon ben…je vais retourner me coucher…bonne fin de soirée. »Tout le monde se mit à rire…je ne comprenais rien. J’avais l’impression d’être exclu d’une sorte de complicité malsaine. Mes parents se regardait en riant, Mr Durand fixait sans aucune gêne ma poitrine tandis que sa femme finissait son verre d’alcool d’une traite. Elle le reposa sur la table basse à côté d’elle et puis elle ouvrit les jambes dévoilant une culotte en dentelle bleue. En venant placer sa main dans celle-ci elle dit avec une voix pleine d’excitation.« Bon alors…on commence ! »Tout dérapa alors très vite. Mr Durand vint mettre sa main sur mes fesses« Oh que oui…cette petite salope me fais bander. »Je me dégageais avec dégout et surprise…« Non mais vous êtes dingue. Qu’est ce qui vous prend ? »Sans se laisser démonter, le vieux vicieux ouvrit sa braguette et sorti son sexe bien diyarbakır escort dur tout en avançant à nouveau vers moi.« Laisse toi faire chienne…tu vas gouter à ma bite ! »Je m’étais retrouve dos à sa femme et celle-ci se leva pour m’agripper par les seins…Une fois encore je me dégageais et couru auprès de mes parents…« Papa, maman…faites quelques choses…ils ont per… »La gifle de mon père fut si violente que j’en fus presque sonné. Je me tenais la joue sous le choc. Je titubais vers ma mère en bafouillant. Et je compris que tout espoir était perdu quand elle m’attrapa par les cheveux et me repoussa vers Durand. Trop content ce dernier me serra contre lui en empoignant mes fesses. Il tentait de fourrer sa langue dans ma bouche tandis que je me débattais. Mon père agrippa alors mes bras et les bloqua dans mon dos.« Laisse toi faire petite conne…allez embrasse le ! »Complètement terrorisé et immobilisé, je continuais de lutter contre cet infâme baiser tout en sentant les mains de ce porc me malaxer les fesses. Sa langue bavait sur mon visage et il riait. Sa femme se caressait le sexe sans aucune gêne et encourageait son homme a mieux s’occuper de moi.« -Allez…arrete de jouer…fous la a poil…elle me fais mouiller cette pute ! »Durand me gifla a son tour violemment, et profitant que mon père bloquait toujours mes mouvement, il agrippa ma robe de nuit et la déchira brutalement. « -Voila…comme ça on peux voir la marchandise ! Joile paire de seins qu’elle a ta gamine Lambert !-Merci Monsieur Durand ! »Je n’en revenais pas. Mon père semblait vraiment être devenu un monstre. Heureux de donner sa fille en pâture à son patron. Dans un dernier sursaut de révolte je me dégageais de son emprise et commençais à fuir vers la cuisine. Je crus pouvoir m’y refugié, mais ma mère s’interposa. Elle me bouscula alors que j’étais en pleine course et je fis un vol planée qui m’envoya valsé sur la commode près de l’entrée. Encore sonné je tentais de me redresser lorsque j’entendis mon père s’approcher fou de rage.« J’aurais du t’apprendre le respect bien plus tot ! »Lorsque je me retournai, je le vis approché vers moi en enroulant sa ceinture autour de son poing…Et avant que je puisse faire quoique ce soit…il commença à me fouetter avec !La douleur était cinglante. Il me donna 3 coups d’affilée qui me tétanisèrent de douleur et de choc. Puis il se pencha pour arracher le reste de ma robe de nuit en lambeau et recommença à me frapper à plusieurs reprises tout en hurlant.« Tiens petit conne…tu vas apprendre à m’obéir…T’en veux encore ? Alors tiens prend ça ! Tu va morfler salope… »Mr Durand et sa femme était juste derrière lui…ils se masturbaient tous les deux en regardant mon père me corriger a coup de ceinturons. Cette v******e les excitait clairement. Ma mère se tenait a côté d’eux un verre à la main…presqu’indifférente.Lorsque les coups s’arrêtèrent, mon père était essoufflé. Il m’attrapa par les cheveux et m’obligea à le regarder escort diyarbakır droit dans les yeux. La colère que je pouvais y lire était impressionnante. « Maintenant tu va faire tous ce que nos invités te demande sans rechigner…ou je te promets une correction comme tu n’en a jamais vu ! Est-ce que c’est clair ? »Je m’effondrais en larmes mais hochait malgré tout de la tête. Toujours en me tenant par les cheveux, il m’amena a 4 pattes jusqu’à Durand qui souriait en pointant sa queue bien tendu vers mon visage.« Allez ma beauté…viens me gober la queue !! »Pleurant a grosse larmes, je pris son sexe dans ma bouche. Il m’aggrippa aussitôt les cheveux et poussa sa bite bien a fond dans ma gorge. Je hoquetais et manquait de vomir.« Prend la bien a fond salope ! Avale-moi et fais travailler ta petite langue sur mon gland ! »Je le sucais donc comme je pouvais. Totalement nue et a 4 pattes sur le tapis de mon salon. Durand ralait de plaisir…sa femme était venu se placer derrière moi et elle passait sa main sur mon sexe entrecoupant ses carresses d’une claque sur mes fesses en m’insultant « Suce salope » « tu l’aime sa grosse queue hein chienne ? »Mais le pire, c’était mes parents. Mon père continuait de me regarder avec ses yeux noirs, sa ceinture toujours enroulée autour de sa main…tandis que ma mère m’encourageait avec une sorte de gentillesses écœurante. « Vas-y ma chérie…suce le bien…Tu es très belle comme ça tu sais…allez suce bien ! »Au bout de quelques minutes, la femme de Durand me doigtait la chatte et me léchait l’anus pendant que son mari trouvait tous les stratagème possible pour ne pas jouir trop vite. Il me gifflait avec sa queue, m’obligeait à lui lecher les couilles…je le sentais excité comme jamais. Et en effet, il me contourna soudain et bouscula sa femme sans menagement« Bouge de la connasse…je vais lui bourrer la chatte à cette pute ! »Et sans perdre une seconde, il s’enfonça bien au fond de ma fente avec un râle de plaisir. Il agrippa alors mes hanches et commença à me pilonner avec ardeur ! Sa femme ne perdit pas de temps…elle vint se placer devant moi, retira sa culotte et vint plaquer mon visage sur sa chatte« Lèche petite pute…enfonce ta langue dans ma vieille chatte…allez lèche !!! »J’étais au comble de l’horreur. Je pleurais sans pouvoir m’arreter. Je lechais tant bien que mal le sexe puant de cette horrible femme sous les coups de rein effrénés de son mari. Du coin de l’œil je pouvais voir mes parents à present assis sur le fauteuil. Ma mère masturbait distraitement mon père que ce spectacle semblait beaucoup exciter.« Un sacré bon vide couille que vous avez élevé mon cher Lambert. Sa chatte est bien étroite et moelleuse à souhait…un vrai régal…ca se viole sans faim ! »Mon père eu un petit rire. « Elle est tout à vous Mr le directeur »« Heureux de vous l’entendre dire…parce que j’ai bien envie de dilater son petit trou ! Regardez moi ce magnifique cul…ce serait gacher que de ne diyarbakır escort bayan pas l’enculer ! »Horrifié par ces paroles je perdit tout contrôle et recommençait à me débattre pour me sortir de cet enfer. Mais Durand me tenait fermement et sa femme agrippa mes cheveux pour me plaquer le visage sur le sol. La douleur dans mon nez fut terrible et lorsque mon père vint prêter main forte a mes agresseurs en me maintenant le visage au sol je compris que je n’avais aucune chance de m’échapper…Ma mère se leva et vint écarter mes fesses afin d’offrir mon cul au sexe gonflée de désir de Durand. Ils étaient à quatre sur moi…Je criais fort lorsque son gland s’enfonca dans mon anus. La douleur était brulante, insupportable…Durand riait, sa femme l’encourageait et ma mère continuait de me parler avec une gentillesse atroce « C’est bien chérie…on y est presque…tu t’en sors bien »Les coups de rein de Durand furent un supplice. Il rentra sa queue jusqu’au couille dans mon cul et me besogna sans répit…Il ne lui fallut qu’une petite minute pour jouir…et il deversa son foutre gluant dans mon ventre avec un soupir de plaisir.Lorsqu’il se retira je priais de tout mon cœur pour que ce soit la fin de ce cauchemar. Mais c’est alors que j’entendis la phrase…« Raaah…allez Lambert ! A votre tour…Je veux vous voir baiser votre fille bien comme il faut…ca me remettra en selle pour un deuxième round tout à l’heure. »Je sentis a lors mon père s’emparer de mes hanches tandis que les deux femmes me tenait au sol.« Merci Mr Durand ! »C’est à cet instant que mon esprit se brisa. La suite de la nuit est très floue. Mon père m’a baisé puis m’a enculé…melangeant son foutre a celui de son patron au fond de mon cul. J’étais prostré sur le sol lorsque Durand décida finalement d’utiliser ma mère pour le deuxième tour. Il l’encula avec rage tandis qu’elle sucait mon père. Je ne reagis même pas lorsque pour exciter son mari, la femme de Durand vint s’accroupir au-dessus de moi pour m’uriner sur le visage. Les deux hommes éjaculèrent sur le visage souriant de ma mère avant de s’effondrer dans le fauteuil. Ils burent encore un ou deux verres sans prêter attention à moi…toujours allongée nue sur le sol.Lorsque Durand et sa femme mirent leur manteau, mon père fit un geste de la tête dans ma direction« Vous etes sur de ne plus vouloir l’utiliser un peu ? »Durand déclina mais promit de revenir un autre soir. Une fois leur invités partis, ma mère bailla et annonça qu’elle montait se couchait…Mon père vint uriner sur moi et reprit sa ceinture en main…« J’aime tellement ça… »Il leva le poing…« Hey ma chérie…reveille toi… »Mon père était assis sur le bord de mon lit. Il me regardait avec gentillesse.« Il faut te lever ma chérie…Mr Durand et sa femme vont arriver. Va te préparer…tu sais que c’est un repas important pour moi… »Lorsqu’il quitta ma chambre je poussais un grand soupir…un putain de reve…Ma lèvre se mit à trembler et je dut me retenir de pleurer…ce reve m’avait vraiment terrifié… Et pourtant…Mon sexe était trempé et mes tetons dures comme de l’acier…Ce jour là pour diner, je portais ma robe la plus courte et la plus decolletées…Durand n’a pas arreté de me mater au grand dam de sa mégère d’épouse !

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32