Vu sur le net 3

23 Haziran 2021 0 Yazar: admin

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Asian

Vu sur le net 3Pendant les deux mois qui suivirent je retrouvais Max deux fois par semaine, une fois au gymnase et une fois à l’appartement. Au gymnase mon amant était toujours doux et plein de prévenance tandis qu’à l’appartement il était odieux et me prenait toujours avec sauvagerie. Chaque séance me laissait chaque fois plus meurtri mais cette expérience me plaisait et j’en redemandais. Ce jour là alors que Max venait de partir, j’étais encore allongé sur le coussin quand j’entendis la porte du gymnase s’ouvrir. Croyant que Max avait oublié quelque chose je dis ‘C’est toi amour ? ‘Mais ce n’était pas Max, les personnes qui venaient d’entrer étaient les deux élèves à qui j’avais fait quelques misères au hand ball. Celui qui s’appelait Patrick dit à celui qui s’appelait Marc ‘Tu vois ce que je vois ? – Oui on dirait que le prof s’amuse bien’. Je voulus me lever en leur disant ‘Ce n’est pas ce que vous croyez’. Patrick fut plus prompt que moi, il me maintint sur le coussin tout en glissant un doigt entre mes fesses puis il me dit goguenard ‘Nous on croit rien on voit simplement que tu as le cul défoncé et plein de jute et ne me dit pas que ça vient de ta bite on voit bien qu’elle toute sèche. Qu’en penses tu Marc ? – Comme toi Patrick je vois une salope qui vient de se faire mettre une grosse bite dans son cul de pute. – Ca alors je n’aurais jamais cru que tu sois une salope de pédé et toi Marc. – Moi non plus mais il fut nous rendre à l’évidence, notre grand sportif est aussi un trou à bite. – Est ce que tu crois que cette charmante petite demoiselle consentirait à nous soulager les couilles. – Je ne sais pas, nous ne sommes peut-être pas assez bien pour elle, elle préfère donner son cul au prof.- Vous n’êtes pas marrant, c’est ridicule. – Comment ça ridicule salope, ce n’est que la vérité, on a vu le prof sortir d’ici, on est rentré et on te trouve à poil le cul plein de jute, je ne vois pas ce qui est ridicule de dire que tu donnes ton oignon au prof. – Et sa bouche aussi, regarde Patrick elle a de la jute sur les lèvres. – Tu as raison, je n’avais pas vu, en plus c’est une pompeuse. – Quelle salope – Tu as raison. – Mais tu sais pour répondre à ta question pourquoi lui demander de nous soulager, il n’y a rien à demander, il n’y a qu’à se servir, je ne crois pas que cette pouffiasse portera plainte pour viol avec ce qu’on sait, on va la baiser qu’elle soit d’accord ou pas. – Arrêtez, ce n’est pas la peine de prendre les choses comme ça, c’est vrai que je baise avec le prof mais je ne suis pas sa propriété, je peux aussi baiser avec d’autres et pour cela ce n’est pas la peine de vouloir employer la force. – Tu veux dire que tu acceptes qu’on te baise ? – Non ce que je veux dire c’est que si vous voulez j’accepte de baiser avec vous, de vous offrir mon cul et ma bouche, vous savez j’adore la baise alors je ne vois pas pourquoi je vous refuserais ce que j’accorde à Max. – ça alors ! ! ! – Alors vous voulez baiser oui ou non. -… – Vous vous décidez ou je m’en vais. – Non attends, qu’en penses-tu Marc ? – Je pense qu’on a une excellente occasion de tirer un coup et qu’il ne faut pas la rater. – Si vous en êtes capable, vous pourrez tirer plusieurs coups. – Salope. – Oui je suis une salope et croyez moi vous ne serez pas déçu de moi, je suis une vraie chatte en chaleur quand je baise. – Super. – Bien pendant que vous vous déshabillez je vais aller prendre une douche, je crois que vous souhaitez que je sois propre plutôt que rempli du foutre de Max. – Oui vas te laver’. J’allai sous la douche et entrepris de rendre à mon corps une propreté toute suédoise. Quand je revins dans le gymnase Patrick et Marc étaient nus et se masturbaient, les deux gars avaient des sexes nettement au-dessus de la moyenne, bien plus imposant que celui de Max, celui de Marc était plus gros que celui de Patrick et était circoncis, celui de Patrick était plus long et devait atteindre les vingt centimètres. Quand ils me virent Marc me demanda ‘Qu’en penses tu ? – Vous avez tous les deux de très belles bites, j’ai hâte de m’en servir. – AH AH AH ! ! – Comment voulez-vous qu’on fasse ? – Que veux-tu dire ? – Vous ne pouvez pas me baiser tous les deux en même temps et ça m’étonnerait que l’un d’entre vous attende que l’autre ait fini. – ça tu as raison. – Donc je pense que pendant que l’un de vous me baisera je sucerai l’autre. – Génial. – La seule chose que je demande c’est que celui qui m’aura baisé aille se laver la queue avant de me la donner à sucer. – Bien sur. – Bon je vais me mettre à quatre pattes comme ça je pourrais donner mon cul à l’un et ma bouche à l’autre. – Oui dépêche toi de te mettre en position, on a très envie’. Je montai sur les coussins et me mis à quatre pattes, cambré et cuisses écartées, me voyant prendre cette pose Patrick dit à son copain ‘Regarde ça mon pôte comment elle se met, regarde comment elle nous offre son cul. – Oui je vois, lequel prend son cul en premier ? – Je ne sais pas, comme tu veux. – Vous vous décidez, je suis déjà en feu. – Vas-y le premier Patrick, moi je vais me faire sucer. – D’accord’. Patrick s’agenouilla derrière moi, il promena son phallus érigé dans la raie de mes fesses, ce qui canlı bahis me fit frémir puis positionnant son gland turgescent contre mon anus il me pénétra jusqu’à la garde d’un violent coups de reins. Bien que je sois encore ouvert après l’étreinte avec Max je poussai un petit cri de douleur, Patrick me demanda ‘Je t’ai fait mal ? – Ce n’est rien mais on ne peut pas dire que tu y ai mis beaucoup de douceur. – Excuse-moi. – Ce n’est pas grave, maintenant lime, fais-moi du bien’. Posant ses mains sur mes hanches mon amant commença à aller et venir en moi, je fermai les yeux me laissant emporter dans le tourbillon du plaisir. Je fus rappelé à la réalité quand je sentis quelque chose de dur et doux contre mes lèvres, j’ouvris les yeux et vis la verge de Marc, j’ouvris tout grand la bouche et l’homme enfonça son membre raide entre mes lèvres, enroulant ma langue autour de la colonne de chair chaude et en la mordillant je commençai une lente fellation sur la pine violacée. C’était la première fois que je vivais une telle expérience, jamais je n’avais eu une queue dans mon cul et une autre dans ma bouche. Sentir ce deux membres bouger en moi m’excitait au plus haut point et tout à mon plaisir je me mis à rouler des hanches en cadence tout en tendant mon postérieur vers le pénis qui me possédait et en comprimant et relâchant mon sphincter. J’avais pris Marc par les cuisses et suçais avec avidité son Priape gorgé de sang. Patrick me besognait de toute la longueur de sa hampe érigée, son ventre plat claquait contre mon fessier bouillant tandis que Marc ayant posé ses mains sur ma tête rythmait la cadence à laquelle il voulait que je le pompe. Dans le brouillard où je me trouvai j’entendis la voix de Marc qui disait ‘Qu’est-ce qu’elle suce bien, sa bouche est un vrai trésor, jamais une gonzesse ne m’a pipé comme elle, elle me lèche, me mordille, c’est divin, quelle salope. – Et tu verras son cul est tout simplement génial, c’est aussi bien qu’une chatte sans compter qu’elle sait baiser, regarde comment elle remue du cul et comment elle tend bien ses fesses pour que je l’enfile et en plus j’ai l’impression qu’elle me trait la pine. Ah on a eu raison de venir. – ça tu peux le dire et en plus on voit qu’elle aussi prend son pied, regarde comme elle met de l’amour à me sucer le dard. – Tu as raison, on est tombé sur une sacrée salope. – Une vraie pute tu veux dire. – Oh oui et je ne suis pas loin de lâcher la purée. – Moi non plus’. Tout en arrêtant les mouvements de mon anus je me mis à sucer la verge de Marc plus vigoureusement, au bout de quelques instants de ce traitement, le sexe commença à tressauter, il me sembla que le gland doublait de volume et le mec plaquant mon visage contre son pubis explosa en râlant. Je reçus un flot de sperme crémeux au fond de la gorge que j’avalais avec délice tout en cajolant de la langue la hampe qui continuait à couler dans ma bouche. Quand Marc se retira il dit à Patrick qui me sodomisait toujours aussi lentement ‘Ah la salope, quelle pipe elle m’a faite, j’ai cru que ma bite allait exploser tellement c’était bon’. Libéré de la présence de Marc je rejetais la tête en arrière et les yeux clos je me laissais aller. Les coups de boutoir répétés de Patrick me faisait au septième ciel, je me cambrai au maximum pour m’offrir totalement au mâle qui me prenait tout en venant à sa rencontre pour accentuer la pénétration. J’avais le cul complètement éclaté, chaque fois que le phallus roide s’enfonçait au fond de mon être en feu je montait un peu plus dans l’univers du désir. Mon mec me pilonnait maintenant l’arrière train avec vigueur, le pénis érigé sortait presque entièrement de mon canal pour replonger entièrement la seconde suivante. Sous les rudes assauts répétés que je subissais je poussais de lourds râles de félicité. Je sombrai peu à peu dans le plaisir ne vivant plus que par le membre qui me forait les reins m’ouvrant un peu plus l’anus à chaque poussée. Tout à mon bonheur j’entendis Marc dire à Patrick ‘Tu as l’air de bien t’amuser. – Oh oui tu verras tout à l’heure, ce cul est fantastique et cette salope est nettement mieux que les petites putes qu’on baise d’habitude, c’est la reine de baiseuses, regarde là remuer son cul et gueuler et si tu savais comment elle me masse la bite, c’est dingue, c’est une vraie morue’. Les coups de reins que mon mec m’assénait me firent perdre toute retenue, j’avais l’impression que de la lave en fusion coulait dans mon rectum enflammé. Tout en moi n’était que volupté, seul comptait pour moi la superbe queue qui me ramonait le prose, je reposai maintenant sur les avants bras, le derrière en l’air totalement offert. Je ne savais plus depuis combien de temps Patrick me sodomisait mais c’était si bon que je voulais qu’il continue indéfiniment et perdant toute retenue je me mis à délirer. C’est à cet instant que s’enfonçant au plus profond de mon tunnel Patrick éjacula en feulant, son flot de semence crémeuse fusant contre mes parois surchauffées me provoquèrent un spasme foudroyant, je tendis mon cul vers celui qui me montait pour accentuer la pénétration et un hurlement strident jaillit de ma gorge puis je m’écroulai à plat ventre sur les coussins bahis siteleri entraînant mon amant dans ma chute. Je sentis Patrick se retirer et je restai allongé yeux clos et cuisses ouvertes me délectant du merveilleux moment qui venait de se passer. Dans la brume où je flottais j’entendis la voix de Patrick qui disait ‘Bon je vais aller me laver la bite avant de lui donner à sucer, vas-y Marc n’attend pas baise là. – Oh non je ne vais pas attendre car à force de te regarder la mettre je croyais devenir fou, j’ai mal à la bite tellement je bande. – Alors vas-y met lui au fond du cul, n’importe comment elle n’attend que ça’. Marc me retourna sur le dos, il prit mes jambes dans une de ses mains et les releva puis il s’allongea sur moi, de son autre main il guida son phallus gonflé de sève à l’entrée de mon anneau puis d’un violent m’enfessa jusqu’à la garde. Le sexe de mon amant plus gros que celui de Patrick entra en moi comme dans du beurre, je me sentais rempli comme jamais je ne l’avais été, j’ouvris les yeux, souris à Marc et lui dis ‘vas-y fais-moi du bien. – T’inquiète pas ma salope tu vas en avoir du bien’. Posant mes chevilles sur ses épaules et prenant appui sur ses avants bras Marc commença à aller et venir lentement en moi. Je fermai les yeux et me laissai de nouveau emporter vers le plaisir. Au bout de quelques instants j’entendis Patrick dire ‘Ca y est j’ai le zob tout propre. Alors que penses-tu de notre petite femelle ? – Son cul est super chaud et accueillant, je sens que je vais longtemps baiser cette salope et qu’elle va me donner un fade du tonnerre. – Et tu vas voir le pied aussi qu’elle va prendre’. Patrick s’allongea en travers de mon corps, son sexe se positionna contre mon visage, j’ouvris mes lèvres et l’embouchai goulûment. Le désir un instant retombé après la jouissance que j’avais ressenti avec Patrick reprit entièrement possession de mon corps et je me mis à pomper Patrick vigoureusement tout en le caressant de ma langue et en le mordillant. Au bout de quelques instants de ce traitement je sentis le pénis tressauter sur ma langue et l’homme jouit en râlant, son flot de liqueur gicla contre ma gorge et je l’avalai avec délice. Patrick se retira et je pus donner libre court au bonheur que je ressentais à sentir le gros membre de Marc coulisser entre mes fesses. Sous les coups de boutoir répétés que mon mec m’assénait je me sentis perdre complètement pied, j’avais la pastille complètement dilaté et je sentais une boule de feu prendre naissance dans mon bas ventre et venir exploser en mille lumières vers ma figure. Tout à ma félicité je me mis à onduler au rythme des assauts de mon amant tout en tendant ma croupe vers lui. Marc dit ‘tu avais raison Patrick, cette salope baise comme une déesse, regarde comme elle se tortille sous moi. – Je te l’avais dit, cette poulette est un vrai trésor, c’est la reine des baiseuses’. J’étais tellement excité que le moindre contact me faisait frémir, Marc avait lové sa tête dans le creux de mon épaule et me besognait en de larges coups de reins qui peu à peu m’amenait au septième ciel. Le gros membre de mon amant frottant contre mes parois embrasées me procurait de délicieuses sensations qui peu à peu me faisait perdre le sens des réalités. J’avais atteint la plénitude rectale et je planais littéralement sous les assauts répétés que je subissais. J’avais le cul complètement éclaté et de ma gorge ne sortait plus qu’un sourd et profond râle continu. J’avais noué mes jambes dans le dos de mon amant et la tête rejeté en arrière je m’abandonnai totalement à la volupté qui s’emparait de moi. Je ne savais plus depuis combien de temps mon mec me possédait, chaque fois que la bite raide m’enfessait jusqu’à la garde je poussai des couinements de bonheur. Le plaisir que je ressentais était tel que je me tordais comme un damné sous mon homme tout en griffant les coussins. Marc me pilonnait maintenant l’arrière train à une vitesse folle, je me disais que si il continuait comme ça il allait me déchirer mais c’était si bon que ne voulais pas qu’il arrête. Je ne vivais plus que pour et par le fabuleux Priape qui me ramonait le prose et perdant toute retenue je me mis à hurler toutes les phases du plaisir par lesquelles je passai. C’est à cet instant que plantant sa pine au plus profond de mon rectum Marc jouit en râlant, ses abondants jets de sperme crémeux me provoquèrent un orgasme foudroyant, mon corps s’arqua sous mon amant, je tendis ma croupe vers la hampe qui se vidait en moi, mes jambes battirent l’air, je plantai mes ongles dans la chair de ses épaules, un hurlement de jouissance pulsa de ma gorge et je retombai lourdement sur le théâtre de nos ébats flottant dans l’univers cotonneux du plaisir. Marc se leva et je restai allongé, les yeux clos, cuisses écartées savourant les dernières contractions du bonheur autour de ma corolle ravagée. Un corps se coucha sur moi et un pénis raide me pénétra et se mit à aller et venir en moi, j’ouvris les yeux et je vis que c’était Patrick, je lui souris et il me dit ‘J’ai encore envie de t’en mettre un coup. – Ne te gène pas, je suis là pour ça. – Merci ma petite salope’. Aussitôt le désir un instant retombé reprit bahis şirketleri possession de moi, je nouai mes jambes dans le dos de mon amant et fermant les yeux je me laissais emporter dans un tourbillon de félicité. Au bout de quelques instants, alors que, sous les coups de reins de mon homme, je sombrai dans le bien être, j’entendis la voix Marc dire ‘Tu as remis ça. – Oui, vas-y maintenant que tu as la bite propre, donne lui à sucer, je suis sur qu’elle ne demande pas mieux. – Non je crois que j’en ai assez pour aujourd’hui. – Eh bien moi je vais encore la défoncer une fois. – Vas-y ne te gène pas, en plus elle a l’air consentante. – Oh oui elle m’a même dit qu’elle était là pour ça, vraiment elle est super notre petite femelle. – ça tu peux le dire, je ne me souviens pas d’avoir si bien baisé avec les gonzesses qu’on baise d’habitude. – Moi non plus, son cul est génial il est aussi bien qu’une chatte et quand on voit la façon dont elle baise, crois-moi notre salope est vraiment la reine des baiseuses. – C’est vrai’. Pendant cette conversation Patrick avait continué à me sodomiser lentement mais néanmoins en de viriles poussées qui m’avaient amenées au bord de gouffre du plaisir. Patrick avait pris appui sur les avants bras et me pilonnait l’arrière train de toute la longueur de son membre turgescent, dans la pièce en dehors de mes lourds râles de bonheur on entendait le bruit e succion que faisait mon anus chaque fois qu’il enfournait le pénis distendu jusqu’à la garde. Le ventre musclé de mon mec claquait contre mes fesses bouillantes à me faire mal. Chaque fois que mon homme plantait son Priape au fond de ma grotte en feu il poussait un ‘HAN’ de bûcheron. Jamais je n’avais ressenti autant de plaisir, le fait d’être baisé sans arrêt me faisait planer continuellement dans un univers brumeux où seul comptait ma jouissance. Un énorme brasier couvait en moi et je savais que seule cette magnifique queue pouvait l’éteindre t je me mis à onduler tout en venant à la rencontre de la verge qui me forait les reins. J’avais atteint le point de non-retour et tout à ma joie, je commençais à délirer. Soudain Patrick, s’enfonçant au plus profond de mon puits d’amour, éjacula en feulant, son flot de liqueur séminale m’inonda le fondement, un spasme fulgurant me traversa, je tendis mon postérieur vers la bite qui se vidait en moi, je poussai un hurlement aigu et je retombai lourdement sur les coussins savourant le merveilleux moment qui venait de se passer. Je sentis le corps de Patrick se lever de sur moi et j’entendis la voix de Marc qui dit ‘A force de te regarder la baiser et de la voir prendre son pied, je me suis remis à bander, je crois que je vais encore monter cette poulette. – Mais bien sur mets lui en un coup, je suis sur que cette pute en veut encore. – Je ne vais pas me gêner, mais j’ai envie de la prendre en levrette. – Tu veux que je t’aide à la mettre à quatre pattes. – Non je vais le faire seul. Merci’. Marc me mit sur le ventre, il replia mes cuisses sous mon corps de telle sorte à ce que je me retrouve le cul en l’air. De moi-même j’écartai les cuisses et cambrai mes reins, Patrick dit ‘Regarde Marc tu vois comment notre salope tend son cul, tu vois qu’elle a encore envie de prendre de la bite dans son cul. – Tu as raison, pourtant regarde comment son trou est ouvert. – C’est vrai mais ça n’est pas le problème, elle ce qu’elle aime c’est de se faire limer. – Et puis comme elle veut bien et que je bande je ne vais pas me faire prier. – Tu as raison, vas-y baise la’. Marc promena sa bite érigée dans le sillon de mes fesses puis après m’avoir pointé il me pénétra jusqu’à la garde d’un violent coups de reins qui me fit gémir. Quand au bout de quelques minutes Marc explosa, je pris un plaisir intense. Quand je revins à la réalité, mes deux amants étaient allongés près de moi, leurs sexes flaccide et maculés de sécrétion anales et séminales reposaient sur leurs cuisses, je leur souris et leur dis ‘Quelle baise, je n’avais jamais joui comme ça, vous m’avez baisé comme des dieux. – Tu sais si on t’a si bien baisé c’est tout simplement parce que tu es la reine des baiseuses, tu sais toutes les gonzesses qu’on a baisé Patrick et moi ne nous ont jamais donné ce que tu nous a donné. – Ah bon. – Je te signale qu’on t’a enculé trois fois chacun plus les quelques pipes que tu nous as faites, jamais une gonzesse n’accepte de se faire planter six fois et en plus de sucer. – En tous cas moi j’ai aimé, d’accord j’ai le cul en chou-fleur, mais qu’est ce que ça a été bon. – Pour nous aussi tu sais. – Alors tout est bien. – Bon si tu veux on peut aller prendre un verre ensemble. – D’accord mais avant au lavage car moi je suis tout poisseux de jute. – Nous aussi et on a les bites pleines de merde. – Alors allons-y’. Nous nous lavâmes puis après s’être rhabillé, nous partîmes boire un verre. Au café je dis à Marc et Patrick que j’aimerais bien recommencer cette petite séance avec eux, on se mit d’accord pour que chaque semaine ils viennent après le départ de Max. Pendant les deux semaines qui suivirent je me partageai entre Max, Marc et Patrick, ce que je vivais était génial mais déjà dans mon esprit une envie de nouveau germait. Les trois hommes ne me suffisaient plus je devenais de plus en plus pute et j’avais envie de me faire baiser par toute une bande de mecs. Je me dis qu’il faudrait qu’un jour j’en parle à mes nouveaux amants.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32